Lebensbaum &

Que ce soit la cannelle du Sri Lanka, la lavande de France ou bien la menthe poivrée de Haute-Autriche : la qualité a une origine. C’est pourquoi nous achetons directement à la source. Ici, vous en apprendrez plus sur nos fournisseurs avec lesquels nous travaillons depuis plusieurs décennies déjà pour certains.

Mühlviertel Haute-Autriche

Dans le Mühlviertel en Haute-Autriche, la culture des herbes est une tradition depuis près de 200 ans. Déjà l'empereur Franz Josef se faisait livrer les herbes par charrettes dans de grands paniers d'osier.

plus

Depuis plus de 25 années, nous recevons de la menthe, de la mélisse, des feuilles de mauve et de fraise de la meilleure qualité bio possible depuis le Mühlviertel.

Ici sont regroupées 37 entreprises certifiées bio en la seule société coopérative des herbes d'Autriche. Le paysage montagneux avec son sol granitique offre les conditions optimales pour la culture d'herbes de grande qualité. La région n'est toutefois pas adaptée à la production de masse. Pour cette raison, on s'est positionné dès le début sur la qualité et les petites quantités, et ce, de façon conséquente.

Comme les pesticides et les engrais chimiques sont tabous dans l'agriculture bio, on travaille beaucoup à la main. Les mauvaises herbes doivent être régulièrement enlevées avec le plus grand soin avec une binette avant la récolte. L'agriculteur bio passe jusqu'à 550 heures de travail par hectare.

La récolte se fait deux à trois fois par an, fin mai, en juillet et en septembre. Tout doit alors aller très vite. Afin que les huiles essentielles soient bien conservées, les herbes sont traitées au plus tard deux heures après la récolte. Pour maintenir des trajets courts, les gens de Mühlviertel ont réparti cinq installations de séchage entre les fours et les champs d'herbes.

Les herbes y sont soigneusement séchées environ 24 heures à une température maximale de 40 degrés. Elles sont ensuite préparées avec soin dans la coopérative. Les herbes sont nettoyées, tamisées et coupées selon les désirs des clients. Les matières premières embaumantes sont à la fin emballées et expédiées chez Lebensbaum à Diepholz.

moins

Sekem – Herbes et épices provenant du désert

Souci, basilic, coriandre : la liste des herbes et épices que notre producteur Sekem cultive dans le désert égyptien depuis plus de 25 ans pourrait se prolonger à l’infini.

plus

Loin du Caire, Sekem transforme le désert en une terre fertile selon les principes de l’agriculture biodynamique. De nouvelles surfaces sont exploitées.

Près de la ville de Minya, un oued vert long de 18 kilomètres partage le désert en deux. Basilic, fenouil et camomille sont entre autres cultivés à l’abri, dans la vallée. Pour cela, des puits ont été creusés tous les 20 hectares. Environ 25 tonnes de compost sont déposées par hectare. « Pour obtenir un sol fertile, le compost est, à mon avis, le seul moyen écologiquement durable » explique Helmy Abouleish, gérant de la société Sekem. « Sans compost, on ne pourrait y arriver qu’avec une irrigation de haute technologie et des engrais artificiels, mais dans ce cas, on exploite seulement la terre en tant que support sans vraiment la rendre fertile » précise M. Abouleish.

Des ingénieurs, des techniciens et jusqu’à 100 cueilleurs de la région travaillent dans l’oued. Au sommet de la montagne, les ingénieurs disposent d’une bibliothèque. Le soir, ils boivent du thé et se racontent des histoires sur l’éternel combat de l’homme contre le désert.

En 1976, le fondateur de la société Sekem, le Dr. Ibrahim Abouleish, a creusé les premiers puits dans le sol du désert. À l'époque, personne ne pouvait imaginer que ce petit morceau de sol désertique deviendrait un jour un projet phare en matière d’agriculture biologique durable.

moins

Cannelle de Ceylan en provenance du Sri Lanka

Dans la région montagneuse du Sri Lanka pousse la cannelle la plus fine au monde. Aromatique, sucrée, chaude et à peine amère ; nulle part ailleurs la cannelle ne développe un arôme aussi fin que dans l'ancienne Ceylan. Il va de soi que la cannelle de Ceylan de Lebensbaum vient de cette région.

plus

La récolte a lieu pendant la mousson

La récolte a lieu pendant la mousson, de mai à octobre. Quand des nuages bas couvrent les hautes terres, qu’il pleut à verse et que le sol humide dégage de la vapeur, les substances aromatiques contenues dans l’écorce du cannelier sont fortement concentrées. Un avantage supplémentaire : il est plus facile de décoller l’écorce humide et de la traiter pendant la mousson. Elle est retirée à la main et la mince couche intérieure est séparée du bois à l’aide d’un couteau. Six à dix de ces couches intérieures sont posées les unes sur les autres, puis roulées et séchées. Ce n’est qu’à ce moment-là qu’elles ressemblent aux bâtons de cannelle tels que nous les connaissons, même si elles font encore plus d’un demi-mètre de long.

Bio Foods recueille la cannelle chez les paysans.

Dans des petits centres de collectes, elle est entreposée au sec et dans des conditions hygiéniques. Notre partenaire Bio Foods recueille les bâtons de cannelle, les coupe dans une machine conçue spécialement à cet effet, puis envoie la précieuse cargaison pour un long voyage vers Diepholz.

Une qualité sans égale

Au Sri Lanka, le fondateur de Bio-Foods, le Dr. Sarath Ranaweera, est une personne très estimée. Fondée en 1993, sa société est spécialisée dans les épices de haute qualité et selon les principes de l’agriculture biodynamique. Dans les plantations poussent cannelle, poivre, curcuma, gingembre et muscade. Les épices sont cultivées par de petits agriculteurs, dans le respect des méthodes traditionnelles. Cela signifie de faibles volumes de récolte, mais la qualité est sans pareille.

Le premier producteur d'épices au monde avec certification « commerce équitable »

Cependant, ce n’est pas seulement la qualité particulière, mais c’est aussi la responsabilité, tant pour la nature que pour les hommes, vécue au quotidien, qui fait de Bio Foods le partenaire idéal de Lebensbaum : en 2005, Bio Foods est le premier producteur d’épices au monde à recevoir le certificat « commerce équitable ». En 1997, M. Ranaweera a fondé l’association « Small Organic Farmers » (SOFA). Environ 2.100 paysans se sont regroupés et travaillent selon les principes bio ou même de l’agriculture biodynamique. La tendance est à la hausse.

moins