Lebensbaum &

Durabilité

Rapport de gestion durable

Emballages - Autant que nécessaire mais le moins possible

Il n`y a pas que nos matières premières qui sont soumises à de sévères obligations. Nous avons également des exigences élevées pour ce qui concerne les emballages.

plus

Ils doivent protéger les produits aussi bien que possible. Mais pour cela, nous ne voulons pas utiliser plus de matériaux que nécessaire. Et ce que nous utilisons, doit être recyclable de façon optimale dans le meilleur des cas.

Depuis 2006, nos sachets de thé sont composés de fibres vierges et sont entièrement recyclables – depuis 2011, ils affichent le label FCS. En ce qui concerne les fibres vierges, nous nous sommes décidés en toute conscience : nos produits doivent être ainsi protégés aussi bien que possible des traces d’huiles minérales. Dans l’état actuel, le papier recyclé en Allemagne est très chargé en huile minérale en raison des habitudes d’impression. Ce circuit doit être brisé. Pour cette raison, nous avons choisi de nouvelles encres d’impression – 100 % exemptes d’huile minérale. En même temps, une contribution importante pour la protection des ressources épuisables.

Le « plastique » autour de nos sachets à thé est depuis 2012 à base cellulosique : en quelques semaines, les films produits avec CO2 neutre se décomposent en leurs composants naturels dans le compost domestique. Les grandes installations de compostage ne sont pas si loin : malheureusement, les films compostables n’y sont pas reconnus comme tels et mis à part pour cette raison. Malgré cela, nous voulons éviter les plastiques issus de ressources épuisables. Quelqu’un doit bien commencer !

Nos sachets à thé en fibres de bananes sont partout compostables. Une seule agrafe sur une étiquette de carton ne peut pas endommager le compost. Nous l’avons fait contrôler par des experts externes.

Avec les palettes sur lesquelles nos marchandises sont expédiées, nous renonçons aux palettes à usage unique ou en plastique. Au lieu de cela, nous utilisons des palettes européennes en bois, qui sont systématiquement réutilisées.

Les palettes chargées doivent être enroulées d’un film étirable pour un transport sécurisé. En 2011, nous avons diminué par deux la quantité de matériaux d’emballage dont nous avons besoin, en passant du film soufflé au film laminé. Notre nouveau film est non seulement plus fin, mais il peut être beaucoup plus étiré et est donc ainsi plus économique d’emploi. Malgré l’économie réalisée, nous cherchons des alternatives compostables.

Nous utilisons plusieurs fois les grands cartons enveloppants nos produits finis, afin de minimiser les déchets de cartons. S’il en reste à la fin, cela est recyclé dans une papeterie de la région.

Certains trouveront peut-être que nous exagérons, mais à notre avis, il va de soi que de bons produits méritent de bons emballages.

moins

Aussi près que possible, aussi loin que nécessaire

Le thé noir ne pousse pas au bord de la Moselle, la noix de muscade à Braunschweig et la terre n’est pas un disque.

plus

Quand nous achetons dans le monde entier, nous appliquons le principe suivant, „Aussi près que possible, aussi loin que nécessaire". Cela signifie : des pommes épatantes poussent au lac de constance, c’est pourquoi nous achetons là-bas et pas en Nouvelle Zélande. Mais le thé du Paraguay doit provenir d’Amérique du Sud. Il a besoin des températures prédominantes, constantes de là-bas, qui se situe entre 20 et 23 degrés. L’humidité de l’air moyenne élevée est également une condition. Si le site se situe aussi entre 400 et 800 mètres d’altitude, la plante contenant de la caféine a trouvé ses conditions de croissance idéales.

Cette configuration géographique est une loi de la nature et ne peut être reproduite dans une serre de Basse-Saxe. Nous nous assurons également que le thé du Paraguay nous arrive, non pas par avion, mais par bateau.

moins

Lebensbaum sans génie génétique

Nous ne faisons pas seulement attention à ce que nos matières premières soient à 100 % exemptes de génie génétique.

plus

À la recherche de possibilités d’emballages alternatives, nous nous heurtons parfois à des limites que nous nous sommes fixés nous-mêmes.

Nous aurions bien sûr pu avoir depuis longtemps du film compostable pour nos emballages – en acide polylactique (PLA). Ce matériau s’appuie toutefois sur l’amidon, qui est la plupart du temps produit à partir de maïs modifié génétiquement – ce dont il n’est pas question pour nous.

Pour les films de nos sachets de thés, nous employons depuis la fin 2011 un matériau à base de cellulose. Il est compostable, exempt de matières issues de la manipulation génétique et remplit tous les critères de protection de l’arôme de nos sachets. Nous ne l’employons pas encore pour toutes nos formes d’emballages. Nous avançons pas à pas, car avec toutes les exigences en matière de protection de l’environnement, notre emballage doit avant tout être capable d’une chose : sécuriser notre produit.

La résolution de renoncer complètement au génie génétique ne s’arrête d’ailleurs pas aussi devant nos bureaux : des stylos bille compostables ne sont que le début. Et pour les trouver, cela a été plus compliqué que d’en parler. Les gobelets de notre fontaine à eau ne sont pas commandés sans précautions – comme également nos sacs poubelles. Nous remettons toujours en question les offres alléchantes, soi-disant durables.

 

moins

En tant que société, nous voulons travailler de façon à conserver les ressources biologiques de notre planète. C’est avec cette devise qu'Ulrich Walter a fondé Lebensbaum il y a plus de 30 ans maintenant. Depuis, nous avons constamment développé la synthèse de Lebensbaum, réunissant aussi bien l’activité principale écologique que la qualité. La durabilité fait partie de notre système d'exploitation économique et définit ainsi notre activité principale. Comment nous organisons et évaluons la durabilité ainsi que les résultats obtenus, vous en saurez plus en cliquant ici.