Lebensbaum

Magazin client allemand

Dans le magazine allemand « Der Lebensbaum » destiné à notre clientèle, nous renseignons sur  l'univers magnifique et coloré du bio. 

Magazine clients 2.0

Depuis 24 ans, nous communiquons avec nos clients sous la forme d’un magazine. Ce qui a commencé avec un simple poster, a été toujours et encore retouché et adapté au long des années. 

plus

Le dépliant A4 plié une fois est devenu un dépliant A2 plié une fois. Le nom WorldTasteOpen est apparu avec le format – un enfant des années 90. Le nouveau nom n’a pas fait l’unanimité parmi les lecteurs et au cours des années, le format non plus. Légèrement volumineux comme un quotidien, il trempait le matin d’un côté dans le café et de l’autre sur la tartine de confiture. Trop grand pour le lecteur et trop petit pour nous, nous avions souvent beaucoup plus à raconter que ce qui pouvait passer sur les quatre grandes pages. 

En janvier 2010, le remaniement du magazine a été intégré dans le planning. Et selon la devise « Tout beau, tout neuf ! », nous avons aussitôt transféré le changement à une nouvelle agence d’art graphique. 

L’édition du printemps 2011 est sortie exactement au moment du salon Biofach avec un nouveau visage et un nouveau format. Nous avons maintenant un magazine pour nos clients qui, avec sa taille maniable de 21 x 27 centimètres, invite à feuilleter et à bouquiner. Et ce entre-temps sur 24 pages, quatre fois par an, et à chaque fois 90 000 exemplaires. Les favoris comme les recettes, le monde des enfants de Ferdis ou de nombreux thèmes phares ont été conservés. De nombreuses nouvelles rubriques sont apparues. Un nouveau nom également : WorldTasteOpen est devenu l’Arbre de vie (Lebensbaum).
Nos lecteurs nous ont confirmé par courrier, courriels ou lors de participations à des jeux que nous avions pris la bonne décision. Nous lisons tous les messages et sommes ravis à chaque fois. Nous nous réjouissons également de chaque édition que nous devons publier. Lors de toutes les modifications, une chose est restée la même : nous l’écrivons nous-même.

moins